Tout comme beaucoup de français, nous avons passé une soixantaine d'heures sans électricité, l'occasion de se rendre compte que nous sommes très dépendants du réseau électrique surtout pour notre confort.

Sans électricité, ce qui nous a manqué:
  • Le chauffage (et oui, une chaudière quelque soit son carburant, exige un branchement électrique).
  • La douche (notre chauffe-eau est électrique)
  • La lumière
  • Le lave-linge (l'électricité est revenue avant que cela pose réellement problème, sinon lessive à la main)
  • Le lave-vaisselle (nous avons mis un certain temps à nous rendre compte que mettre la vaisselle dans le lave-vaisselle ne servait à rien)
  • Le réfrigérateur (nous avons dû vider notre congélateur qui est vieux et n'a pas tenu bien longtemps)
  • Le four (plus de gâteaux, gratins et autres)
  • La radio (nous n'avions pas de radio autonome pour nous informer)
  • L'heure (nous n'avons pas de pendule)
  • Le téléphone (Désormais la plupart des téléphones sont électriques).
  • La cafetière (Pour certains c'est très dur de ne pas disposer de sa cafetière favorite)
Ce qui nous a beaucoup aidé:
  • La cheminée nous a été d'un fort soutient durant cette période: elle a résolu notre problème de chauffage, mais elle était totalement inutilisable pendant la tempête parce la fumée était refoulée à l'intérieur.  Elle peut aussi être d'une grande utilité pour chauffer l'eau, et les aliments.
  • Les plaques de cuisson à gaz nous ont permis de boire et manger chaud, de faire chauffer de l'eau pour se laver et faire la vaisselle (pas les adeptes de la plaque tout électrique).
  • Le cumulus du chauffe-eau d'une contenance de 150 litres nous a permis de prendre quelques douches puis nous avons dû faire chauffer de l'eau.
  • La lampe à pétrole et les bougies mais on a rarement des réserves de bougies pour tenir plusieurs jours.
  • Un vieux téléphone à cadran qui nous a bien rendu service jusqu'à ce que a ligne soit coupée. (Pour certains, c'est le portable qui a été utile dans ce cas-là jusqu'à ce que les antennes soit coupées)
  • Les voisins: on s'est vus beaucoup plus que d'habitude et beaucoup entraidés.
  • Le commerce de proximité: la boulangerie-épicerie du village a essayé de fournir un maximum de choses indispensables.

Ce qui ne nous a pas posé problème:

  • L'eau: Certaines villes ou villages n'ont pas eu d'eau pendant un certain temps. La seule solution dans ces cas-là, c'est d'en acheter mais les stocks ne sont pas illimités. (Il faudrait que l'on voit si l'eau de notre puits est potable)
  • Volets ou portails électriques: combien sont restés dans le noir pendant plusieurs jours ou n'ont pas pu sortir leur voiture du garage?
Réflexions:
  • Nous sommes dépendants à l'électricité mais peut-être plus encore au pétrole, quelles seraient les solutions en cas de pénuries?
  • Nos appareils électriques nous rendent moins dépendants de notre entourage pour certaines actions mais est-ce forcément mieux? S'entraider ça a du bon aussi.
  • Une cheminée dans une maison est un outil de survie précieux.
  • Même pour nos besoins vitaux, nous nous calons sur des choses artificielles comme l'heure pour manger. Je ne savais plus quand manger. Il faut être plus à l'écoute de son corps.
  • Le calme, sans électricité beaucoup de bruits parasites disparaissent.
  • Nos loisirs dépendent beaucoup de l'électricité (Musique, Ordinateur, TV...), même la lecture devient difficile avec une faible source de lumière. Sans électricité, nous allions plus facilement dehors et puis nous avons beaucoup vu les voisins et passer du temps avec eux (repas ensemble, jeux de cartes, travail...). Conclusion: le confort tue la vie sociale...
  • Lorsque l'électricité revient, nous sommes plus sensibles à notre consommation éléctrique, c'est une attitude à conserver, la chasse aux gaspillages.
  • Lors de nos achats, essayer de trouver des appareils autonomes (genre lampe dynamo, radio dynamo etc...), pour le chauffage poêle plutôt que chaudière...